Pistes

Vous pouvez ouvrir un dialogue avec les garçons et les jeunes hommes de votre milieu scolaire et être un modèle masculin positif et accessible. Voici quelques suggestions :

Faites la promotion de l’égalité des sexes dans votre école.

Le bien-être social des garçons passe par la capacité d’établir des relations saines et égalitaires avec les filles et les garçons, les femmes et les hommes, leurs amies et amis, les membres de leur famille et leurs collègues. Par conséquent, une de vos responsabilités consiste à fournir à vos élèves les moyens et les outils qui leur permettront de développer des rapports qui sont fondés sur le respect et l’égalité.

Agissez en tant que modèle accessible des valeurs intégrales à la promotion des relations saines et égalitaires.

En tant qu’éducateur, vous jouez plusieurs rôles, dont certains vont au-delà de l’enseignement du curriculum. Comme enseignant dans un établissement public, vous avez la responsabilité d’assurer la sécurité de vos élèves, de leur inculquer les compétences sociales et scolaires qui les aideront à réussir après les études secondaires et dans le monde du travail et de les outiller pour qu’ils puissent bien fonctionner dans la société. Un rôle invisible et parfois implicite du personnel enseignant est celui d’incarner un modèle accessible des valeurs intégrales à la promotion des relations saines et égalitaires.

Pour assurer le bien-être des garçons de votre classe (et celui de tous les élèves), une de vos responsabilités en tant qu’enseignant consiste à leur enseigner comment établir des relations fondées sur le respect, l’égalité, l’échange et l’ouverture avec les filles, ainsi qu’avec les autres garçons. Par exemple, faites des exercices dans la classe visant à créer un climat de confiance et à favoriser un sentiment d’empathie, lisez une histoire ou donner une leçon dans laquelle les sujets ne correspondent pas aux stéréotypes sexistes et remettez en question les attitudes, les gestes et les propos sexistes et agressifs. En tant que modèle accessible, vos propres comportements, gestes, paroles et attitudes feront l’objet d’observations de la part des élèves. Vos relations saines et égalitaires avec vos collègues féminines offriront un bel exemple des valeurs que vous tentez de favoriser au sein de votre salle de classe et de votre école.

Contestez le sexisme, l’homophobie et les propos dégradants.

Les garçons sont exposés chaque jour à de nombreux exemples de comportement sexiste, d’homophobie et de déshumanisation des femmes. La culture est un outil puissant qui contribue à ancrer davantage les stéréotypes sexuels, tant chez les hommes que chez les femmes. Reconnaissant l’impact des médias, des jeux vidéo et de la culture populaire sur les garçons, vous avez le devoir de partager une conception plus saine de ce qu’est la masculinité, c’est-à-dire une conception qui met l’accent sur le respect et l’égalité des femmes, des filles et des autres hommes. En refusant d’intervenir, on encourage le silence entourant ces questions, contribuant ainsi à la normalisation de l’inégalité des sexes et de l’homophobie.

Faites la promotion de l’égalité des sexes comme étant une question qui devrait préoccuper les hommes.

Il peut s’avérer difficile de parler de la violence contre les femmes. D’une part, on veut valoriser la motivation de beaucoup de garçons et d’hommes à vouloir mettre fin à ce problème social. D’autre part, on ne peut pas nier les faits : au Canada, la majorité des agressions sont perpétrées par des hommes (ce qui ne veut pas dire que la majorité des hommes sont violents). Les femmes sont moins susceptibles que les hommes de créer une atmosphère de crainte par rapport à l’agression physique et sexuelle.
Bien que la majorité des hommes ne soient pas d’accord avec la violence contre les femmes, ils refusent souvent de prendre position ou de s’exprimer en public. Par conséquent, il se crée une culture du silence pour ce qui est de l’inégalité des sexes et de la violence des hommes contre les femmes. Il est important que les hommes se fassent entendre et qu’ils demandent à leurs pairs et aux garçons de participer à la création d’une société qui attache de l’importance aux relations saines et égalitaires. Cela ne signifie pas qu’ils sont « contre les hommes », mais plutôt qu’ils trouvent certains gestes et comportements inacceptables.

Vous pouvez communiquer aux garçons et aux hommes de votre entourage qu’il n’est pas nécessaire d’agir de façon sexiste pour être un « homme masculin ». Articulez aussi les conséquences des blagues et des commentaires qui abaissent les femmes, notamment :
• on crée une atmosphère où il existe peu de limites et dans laquelle la violence contre les femmes et les filles est tolérée ;
• on véhicule le message que les relations saines et égalitaires, en société et en famille, ont très peu d’importance.
La violence contre les femmes n’est pas uniquement un « problème de femmes ». Il s’agit d’un problème social qui devrait tous nous concerner – femmes et hommes.

Soyez patient avec vous-même et tenez pour acquis que vous trouverez le moyen de défendre vos opinions avec intégrité dans votre milieu de travail.

En tant que modèle accessible, vous tenez à donner le bon exemple. Il peut arriver que vous vous sentiez coupable si vous ne répondez pas sur-le-champ à une situation qui transgresse vos propres croyances et principes. Dans son milieu de travail, il peut s’avérer difficile d’intervenir dans une situation qui soulève des conflits de valeurs et de croyances. Si la sécurité (physique ou psychologique) d’une personne a été compromise ou s’il y a eu une grave entrave à la politique, il importe d’agir immédiatement. Autrement, il n’y a rien de mal à remettre à plus tard la discussion sur la situation sexiste ou agressive dont vous avez été témoin après en avoir informé les personnes impliquées. Il est toutefois très important de ne pas laisser aller des situations dans lesquelles on a enlevé les droits essentiels d’une personne sans intervenir. Parfois, ces moments difficiles offrent le potentiel de servir d’apprentissage collectif, pourvu que le geste ne vise pas un élève ou un groupe en particulier. Vous pourriez profiter de l’occasion pour sensibiliser un groupe de personnes encore plus important.

Soulignez les journées spéciales.

Pour aborder la question des relations saines et égalitaires, soulignez les journées nationales et internationales importantes dans la lutte mondiale pour l’égalité des femmes et des filles. Vous pouvez aussi solliciter la participation de vos collègues et de vos élèves pour l’organisation d’activités importantes qui permettront aux hommes et aux garçons d’être solidaires. Voici quelques suggestions : la Journée internationale de la femme (le 8 mars), la Journée internationale de lutte contre l’homophobie (le 17 mai), le Mois de l’histoire des femmes (le mois d’octobre), la Journée internationale pour l’éradication de la violence contre les femmes (le 25 novembre) et la Journée de commémoration nationale et d’action nationale contre la violence faite aux femmes (le 6 décembre). Ce type d’activité a forcément plus de portée lorsque les participants connaissent la raison d’être et l’importance de la journée en question, ainsi que la signification de leur action.

Favorisez le leadership positif chez les élèves et les collègues masculins.

Certains élèves inspirent les autres ou se démarquent par leur leadership. Il importe de mettre en valeur le rôle des personnes qui démontrent un intérêt particulier au chapitre des relations saines et égalitaires, ainsi que leurs capacités de leadership positives. Invitez des garçons et des hommes de l’école – élèves et collègues – à poser des gestes pour sensibiliser et mobiliser leurs pairs. Par exemple, ils pourraient convoquer un groupe ou un comité afin de planifier et organiser des activités à l’échelle de l’école ou de la collectivité visant à faire de la sensibilisation en ce qui a trait à l’équité des genres et des sexes et à la violence contre les femmes. Donnez un exemple d’égalité des sexes en invitant des élèves et des collègues de sexe féminin à se joindre au comité et à travailler côte à côte avec vous pour sensibiliser les gens à l’importance des relations saines et égalitaires.

Pour illustrer ce que devrait être le leadership collaboratif et des rapports sains et égalitaires, demandez à une collègue de coanimer une activité scolaire avec vous. Cette mesure viendra renforcer l’image positive des relations saines et égalitaires entre hommes et femmes. N’oubliez pas que les gestes sont souvent plus éloquents que les paroles.

Enseignez aux garçons un vocabulaire équitable et inclusif.

Donnez la chance aux garçons d’apprendre et d’utiliser un langage respectueux de l’égalité des sexes afin de contrer les messages dégradants favorisés par la culture populaire. Dans ces messages, les femmes et les filles sont souvent invisibles, dégradées ou considérées comme des objets, et toute notion de masculinité est déformée. Dans vos leçons, assurez-vous que les garçons ont l’occasion de se renseigner sur les propos accessibles, positifs et égalitaires qu’ils peuvent utiliser dans leurs relations avec les filles et les autres garçons. Créez un glossaire d’égalité des sexes et organisez des discussions portant sur les relations saines et égalitaires. N’hésitez pas à consulter notre glossaire pour d’autres idées.

Créez des « lieux protégés » où l’on peut parler de ses expériences personnelles d’inégalité des sexes.

En créant une culture à l’école où règne l’empathie (composante importante dans les relations saines et égalitaires), on encourage les filles et les garçons qui sont la cible d’agression ou d’iniquité, ou qui en sont témoins, ou ceux et celles qui ont recours à l’agression, à parler de leurs expériences avec des adultes et avec leurs pairs. On encourage également les garçons à prendre conscience des répercussions de certains gestes. Cela permet d’établir un milieu scolaire où l’agression, y compris l’agression sexiste, n’est pas tolérée.

En favorisant l’empathie dans votre milieu scolaire, en créant un climat de confiance et en permettant aux élèves de participer à un dialogue franc et respectueux, vous sensibilisez les garçons et tous les élèves à l’importance des relations saines et égalitaires.

Établissez des règles de base et promouvez des valeurs fondées sur l’équité dans votre salle de classe et votre école.

Il arrive que l’on soit parfois à court d’idées devant une situation difficile, par exemple une situation d’iniquité ou de discrimination fondée sur le sexe ou le genre. Dans ces situations, référez-vous aux principes défendus par votre école, ou encore aux valeurs, aux règlements ou aux principes de base que vous avez développés au début de l’année scolaire. Les principes de base sont des consignes ayant des conséquences morales, alors que les règlements ont des conséquences punitives. Cette façon d’autogérer les comportements permet de responsabiliser tous les élèves. Formulez les principes et déterminez les conséquences avec l’aide des élèves dans le cadre d’une activité de groupe. Assurez-vous que les règlements énoncent clairement les principes et les attentes en ce qui a trait à la promotion de rapports sains et égalitaires entre les élèves et les collègues. Durant l’année, lorsqu’une situation d’iniquité ou une autre situation difficile l’exige, revenez sur les principes de base qui ont été établis par le groupe. Révisez ces principes continuellement pour vous assurer que tout le monde les a encore bien à l’esprit.

Tu as les outils et les occasions pour influencer positivement les garçons par rapport aux relations saines et égalitaires. En plus de créer un milieu qui n’accepte pas les comportements ou les mots qui dénigrent les femmes et les filles, tu peux être un modèle masculin positif.

Identifiez des alliés et demandez leur aide.

S’attaquer aux problèmes de violence et promouvoir des relations saines peut exiger beaucoup de travail. Ainsi, plus vous avez le soutien des gens de votre entourage, plus la tâche sera facile et plus vos efforts seront efficaces. Établissez des liens avec les autres enseignants, le syndicat, le directeur ou la directrice de votre école, le comité d’équité, les parents, le conseil scolaire et le commissaire ou la commissaire afin qu’ils vous aident à promouvoir et à renforcer le message que vous envoyez aux jeunes que vous tentez d’appuyer.

Engagez-vous à suivre une formation continue.

Bien que l'on soit convaincu de l’importance d’avoir un dialogue sur les relations saines et égalitaires avec ses élèves et ses collègues, il arrive que l’on pense n’avoir ni les outils, ni l’accès à l’information, ni le temps nécessaire pour trouver les ressources qui nous aideraient à amorcer de telles discussions. En réalité, vous avez probablement de nombreuses occasions au sein de votre collectivité, de votre conseil scolaire ou de votre école d’améliorer les connaissances et les compétences qui vous aideront à promouvoir l’égalité des sexes.

Vous pourriez vous prévaloir des programmes de perfectionnement professionnels offerts par le comité d’équité de votre conseil scolaire ou par votre syndicat d’enseignants. Vous pouvez aussi inviter des personnes-ressources d’organismes communautaires de votre collectivité (par exemple, des groupes de femmes, des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), des maisons d’hébergement à l’intention des femmes) à donner une formation à un groupe d’enseignants et d’administrateurs dans votre école. Mettez l’accent sur les programmes et les ressources qui traitent du rôle que peuvent jouer les hommes et les garçons dans la promotion de l’égalité des sexes. Vous pouvez également discuter de vos expériences et de vos réflexions sur la question avec vos collègues et vos élèves lors des réunions du personnel ou en salle de classe. De cette manière, vous contribuerez à créer un milieu qui ne tolère pas les attitudes et les comportements qui dévalorisent les relations saines et égalitaires.

Il n’y a rien de mal à ne pas tout savoir. Vous n’avez qu’à vous renseigner et à reprendre la conversation plus tard.

Parfois, il se peut que vous ne sachiez pas quoi dire ou comment répondre en discutant avec des garçons sur les relations saines et égalitaires. Vous pourriez aussi avoir des doutes sur votre intervention. N’hésitez pas à admettre que vous ne connaissez pas toutes les réponses et que vous n’êtes pas spécialiste dans ce domaine. Avouez-le volontiers lorsque vous commettez une erreur. Dites à vos élèves que vous allez vous renseigner et que vous leur fournirez une réponse plus tard. Renseignez-vous (en consultant la section des ressources et les liens dans ce site, en parlant avec vos collègues ou vos proches ou en réfléchissant à la question) et reprenez la conversation au besoin. Dites également franchement comment vous vous sentez (« Je me sens mal à l’aise par rapport à cette situation » ou « Je ne suis pas certain de moi en ce moment »), ou avouez que vous n’avez pas de réponse en ce moment. En reconnaissant vos limitations et en communiquant vos sentiments ouvertement, vous démontrez des capacités cruciales pour entretenir des relations saines et égalitaires entre femmes et hommes. De plus, vous réduisez la pression sur les garçons d’être « parfaits » en tout temps.